Эксоцман
на главную поиск contacts

международная конференция Affaires et grandes causes

5.02.2004


Du procès de Socrate à l'arrêt Perruche en passant par l'affaire Calas ou l'affaire Dreyfus, de nombreux travaux en histoire ou sciences sociales ont souligné à la fois l'intérêt et les difficultés que soulève une histoire longue des causes. En privilégiant les affaires comme contexte d'analyse historique, historiens et sociologues ont mis l'accent sur les multiples opérations critiques par lesquelles une cause émerge et permet de constituer à travers elle un espace public. La forme affaire en pointant, souvent autour d'un procès, l'élaboration d'une cause, d'une rhétorique forte capable de la soutenir, la mise en place d'alliances socio-politiques, le poids des opérations de publication a permis de mettre au jour la solidité des dispositifs socio-politiques. Les études n'en demeurent pas moins parcellaires et limitées, et l'expérimentation de la méthode est restée localisée dans le champ historiographique à l'analyse de quelques cas emblématiques. Pour garder à l'approche sa dimension heuristique en histoire, il semble intéressant de dresser un bilan des acquis et de tester les conditions de la généralisation de cette méthode. Ainsi, nous pensons qu'il ne faut pas dissoudre la problématique en l'identifiant trop hâtivement soit à toutes les controverses et polémiques, soit à une histoire de la justice ordinaire. Par affaire, nous désignons un dispositif spécifique, une série d'actions et de pratiques qui s'inscrivent en rupture par rapport à ce temps ordinaire et se déploient à des échelles inédites. En restreignant le champ d'observation aux grandes causes, nous souhaiterions reformuler la question des échelles et des modalités spécifiques (grammaire, cadres cognitifs, dispositifs matériels et sociaux, cercles de reconnaissance, dispositif d'intéressement ou d'enrôlement d'acteurs de grandes tailles, etc) qui se jouent dans ce cadre. En scrutant des objets de grande taille, il s'agit évidemment de questionner la problématique des entités macroscopiques (Etat, Nation, institutions, etc.), mais aussi d'interroger les opérations historiographiques qui les composent. A partir d'une relecture du modèle théorique proposé par la sociologie pragmatique, nous souhaiterions passer en revue ces différents chantiers, et souligner les déplacements et les difficultés posés au questionnaire d'origine par les approches historiennes. L'organisation de cette rencontre entre historiens, anthropologues et sociologues pourrait permettre de faire un bilan des approches dans la longue durée et de publier, par la suite, une histoire des causes.
Ключевые слова

См. также:
М.Ф. Дороговцев
Социологические исследования. 1999.  № 9. С. 107-110. 
[Статья]
Александр В. Шубин
[Учебная программа]
Михаил Сергеевич Яницкий
[Учебная программа]
Александр Анатольевич Иудин, Дмитрий Гаврилович Стрелков
[Учебная программа]